NOTRE HISTOIRE

Notre Festival a été rêvé, conçu et lancé lors du second confinement lié à la crise Covid-19 de 2020 sur la Côte d'Azur.

La Fondatrice et Présidente de notre Festival, Karolina Bomba, venait de soumettre son film «Seven Wishes» à divers festivals à travers le monde et se retrouva confrontée à divers challenges rencontrés par la majorité des professionnels de l'industrie cinématographique.

 

Elle ne s'y attendait pas, son film a été très bien accueilli et a commencé à recevoir de multiples récompenses, mais à cause du Covid, il n'était plus possible de se rendre aux cérémonies de remise des prix ou de rencontrer tous les professionnels que nous avons l'habitude de voir quand nous présentons un film.

 

90% des festivals, ont été annulés, ou avec un peu de chance, reportés.

Les théâtres du monde entier ont fermé leurs portes, les tournages ont été arrêtés et toute l'industrie cinématographique s'est brutalement retrouvée à l'arrêt. Il en a été de même pour la musique, les concerts, le théâtre, la danse, l'opéra, les musées, les expositions, bref c'est toute la culture qui a soudainement été mise en danger.

Malgré l'ampleur mondiale de la pandémie, Karolina Bomba s'est très vite rendu compte que toutes les causes sociétales qu'elle a toujours défendues ne disparaissaient pas avec la pandémie, mais bien au contraire qu'elles étaient exacerbées par celle-ci.

La crise cachée de la pandémie persiste à travers les libertés individuelles et collectives de plus en plus bafouées, la surveillance des masses rendue encore plus accablante, la liberté d'expression bâillonnée, l'humour jusqu'ici spontané et naturel progressivement étouffé, chaque mot et chaque sourire en quarantaine, les masques cachant désormais nos sourires.

Certes, la pandémie fait des ravages, mais malgré sa contagiosité, elle n’a pas éteint les interminables querelles causées par la discrimination, le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie, le sexisme, le droit à l’avortement, l’immigration, le viol, l’inceste, la violence sous toutes ses formes. De plus, les taux de suicide, les violences domestiques et la maltraitance des enfants ont explosés.

La planète entière était au point mort mais tout ce qui vient d'être évoqué ne s'est pas arrêté mais au contraire s'est malheureusement aggravé. Et il semble qu'il n'y ait pas de remède ou de vaccin pour tout cela.

 

Le virus qui fait le plus de dégâts aujourd'hui n'est pas le coronavirus, mais la stupidité, la haine, le narcissisme, l'ignorance et le manque d'empathie et de respect.. Alors, confinés ou non, nous devons continuer de poursuivre nos luttes et à nous battre pour nos libertés fondamentales et nos convictions conformément aux lois universelles.

 

La crise actuelle ne nous permet plus de nous déplacer et de nous voir librement, ni de planifier ou de programmer tout ce qui était si simple auparavant.

On ne peut plus voyager où l'on veut, ni se réunir comme on veut, ou bien se serrer dans les bras.

En fait, aussi vertigineux que cela puisse paraître, le coronavirus et ceux qui dictent ce que nous sommes ou non autorisés à faire, provoquent un trou noir dans l'espace-temps. Oui, tout ce qui était initialement prévu dans nos agendas personnels a été perturbé, mais pas seulement. Surtout, tout ce que nous ne savons pas et ce que nous aurions pu vivre depuis le début de cette pandémie a été littéralement effacé de la matrice.

Peut-être auriez-vous pu rencontrer "par hasard" dans un restaurant l'homme ou la femme de votre vie au lieu de lire un livre et de vous ronger les ongles pendant le confinement de Juin 2020 ? Peut-être que le voyage que vous auriez dû faire l'été dernier vous aurait permis de déménager, de changer de travail, bref, de changer de vie ? Peut-être auriez-vous eu un enfant, dont vous avez renoncé à la conception à cause de la crise ?

Peut-être que si cette crise n'avait pas existé, vous feriez quelque chose de totalement différent de ce que vous faites aujourd'hui ? Peut-être que si vous aviez rencontré une femme dans la rue qui aurait accidentellement laissé tomber son rouge à lèvres, vous seriez déjà sur une île déserte avec elle en train de siroter un cocktail exotique ?

D'un autre côté, il faut admettre que ce gigantesque bouleversement a peut-être empêché votre sœur d'avoir un accident de voiture en allant faire ses courses de Noël, ou peut-être à votre maison d'être cambriolée parce que vous étiez confiné le jour où cela se serait produit.

Oui, quand on en prend pleinement conscience, c'est véritablement vertigineux !

Et puis, il y a ceux qui ont été frappés de plein fouet par la Covid19, ayant perdu un ou plusieurs membres de leur famille, des amis proches, et n'ayant même pas le droit d'assister à leurs funérailles. Chacun abandonné dans son chagrin, sans pouvoir réconforter et être réconforté. Personne n'était préparé à vivre cela... 

Toutes ces synchronicités de l'Univers ont été altérées à cause de la pandémie et certaines parties de nos vies ont été arrêtées ou mises en pause sans même que nous en soyons conscients. Et maintenant, nous devons faire avec et, plus que jamais, nous devons prendre conscience et faire confiance au but de nos vies et ne plus être piégés par toutes les illusions environnantes.

~ We're all in this together ~

C'est lorsque la Fondatrice a vu un matin un article dans le journal qui listait d'un côté les 5 professions essentielles (Médecins, Infirmières, Techniciens de surface, Marchands ambulants, Livreurs), et de l'autre les 5 professions dites non-essentielles, et dans ce tableau à sa grande stupéfaction, en position numéro 1 étaient les artistes avec un taux de 71%


Ce chiffre a déclenché en elle de la colère, de la tristesse et une grande empathie envers toutes les personnes concernées.

S'en est suivi une réflexion qui a donné lieu à une volonté farouche de créer un Festival donnant l'opportunité de continuer à partager des œuvres, dont certaines traitent de sujets sensibles évoqués ci-dessus, et qui sont de facto étouffées par une actualité concentrée à 100% sur la pandémie.
 

En outre, de nombreux cinéastes se plaignent des festivals existants qui snobent des milliers d'artistes émergents et préfèrent féliciter ceux qui n'en ont plus besoin au lieu de mettre en lumière les nouveaux trésors qui sont éparpillés dans le monde et qui ne demandent qu'à être découverts.

L'objectif principal de notre Festival est de rassembler le plus grand nombre d'artistes à l'échelle mondiale et ce, à travers les 130 catégories proposées, et ainsi favoriser l'émergence d'une nouvelle vague de talents qui méritent plus de visibilité et de reconnaissance.

 

Dès sa création, nous avons un format donnant aux artistes la possibilité de s'exprimer chaque mois. Un événement annuel couronnera les œuvres qui ont le plus impressionné le Festival et son jury.

Bien sûr, au-delà d'avoir une vocation humaniste, notre Festival souhaite aussi véhiculer des messages d'espoir, d'humour, de légèreté, de poésie, et surtout d'amour, afin de contribuer à atténuer les effets de cette pandémie de la peur. 

 

Nous voulons aussi être les catalyseurs favorisant un changement de regard,
un shift des consciences menant à un changement de paradigme incontournable pour une véritable renaissance dans un monde meilleur, que nous sommes tous en train de co-créer ensemble, ici et maintenant.

Dès que nous serons libérés de ce satané virus, nous nous retrouverons pour fêter le Cinéma et la Vie dans une ambiance digne des "Années Folles" du siècle dernier. Nous avons hâte !

Submit on FilmFreeway
FilmFreeway 
GOLD
Members receive a 10% discount on submissions