INTERVIEWS

  • Cannes - World Film Festival - Remember the Future

INTERVIEW AVEC SYLVIA LE BRUN, RÉALISATRICE DE "STREET WANDERER"

Nominée: Best Trailer - Édition Février 2021






BIO


SYLVIA LE BRUN EST UNE GRAPHISTE, SCÉNARISTE, PRODUCTRICE,

RÉALISATRICE D'ORIGINE FRANҪAISE.





Sylvia a grandi à Buenos Aires, en Argentine, depuis l'âge de deux ans.


Elle a travaillé en tant que productrice d'une TV sportive pendant dix-sept ans.


Elle a commencé à faire des graphiques pour une émission de boxe, puis a été amenée à faire des graphiques de mouvement pour la programmation quotidienne des émissions sportives.


En même temps, elle a écrit et publié trois romans graphiques :


2005- Callejones rojos (Allées de lecture).

2009- Debora Vitt y el Cuervo Azul (Deborah Vitt et le Corbeau bleu).

2015- Baladas de la ciudad (Balades de la ville).


Tous les exemplaires des deux premiers ont été vendus, City ballads, se vend encore de nos jours. Cela l'encourage à suivre son propre chemin.


En 2018, elle a écrit un scénario de Street Wanderer et avec celui-ci a fait la bande-annonce du film d'animation pour commencer à connecter avec d'autres producteurs

et le monde du cinéma. La bande-annonce de Street Wanderer a participé à des festivals dans le monde entier avec de très bons résultats :


. Silver Award: Independent Shorts Awards, Los Angeles

. Award Winner: New York Independent Cinema Awards

. Finalist: Roma Short Film Festival

. Nominee: Cannes World Film Festival



Silvia Le Brun, bonjour. Merci de partager cette bande-annonce époustouflante de "Street Wanderer". Ce n'est pas votre premier film. Pouvez-vous nous parler de votre vocation pour les arts graphiques et de votre formation dans ce domaine, ainsi que de votre expérience en animation avant "Street Wanderer" ?


À l'âge de seize ans, j'ai reçu en cadeau un appareil photo. J'ai tout simplement adoré.

J'ai pris l'habitude de photographier de tout ce qui m'entourait. J'aimais le noir et blanc, alors je me suis aussi mise à développer mes photos. J'ai ensuite décidé d'étudier le graphisme à l'université ; j'ai beaucoup appris sur les différents formats et j'aimais l'animation et les bandes dessinées, je me suis donc engagée sur cette voie.

Ma première approche de l'animation s'est faite avec Motion Graphics, en créant des génériques et des images de promo pour des émissions sportives à la télévision.

Cela a été une étape importante vers la réalisation de la bande-annonce en animation 2D.


Comment s'est déroulée la collaboration entre l'auteur Silvia Debor et vous-même ? « Street Wanderer » était-il un projet commun dès le début, Debor vous a-t-elle proposé l'histoire ?


Eh bien, c'est assez drôle, Silvia Debor est mon nom de plume pour mes romans graphiques : j’ai toujours été assez timide, surtout quand j'ai commencé. Debor vient de mon deuxième prénom, Debora. Je l'ai mis dans la bande-annonce comme un clin d’œil aux lecteurs de mes bandes dessinées.



Vous avez un co-réalisateur, Omar Hechtenkopf. Comment cette collaboration s'est-elle mise en place ? Était-ce votre première expérience de co-réalisation ? Comment cela s'est-il passé, pouvez-vous décrire le processus ?


Omar et moi nous sommes rencontrés en 2005, lorsque j'ai commencé à réaliser des bandes dessinées. Il est illustrateur et a participé à « Deborah Vitt and the Blue Crow ».

« Street Wanderer » est notre première co-réalisation, mais nous connaissions chacun le style de l'autre, donc le processus a été excellent et très naturel. Je ne connaissais pas l'animation 2D et j’ai beaucoup appris avec lui. Omar s'est occupé du dessin et de l'animation tandis que moi, outre le scénario, je me suis chargée de l'encrage numérique

et de la colorisation, dans ce cas en noir et blanc. Nous nous réunissions fréquemment, pour co-réaliser et monter tout le matériel.


Vous êtes également répertoriée comme auteure de roman graphique. Le roman graphique est-il votre format de prédilection, ou aimez-vous vous exprimer autant à travers des histoires animées et non-animées ?


Les romans graphiques ont été la première étape dans la création de mes propres histoires, comme un premier amour. Je trouvais fascinant d'observer l'illustrateur pendant qu'il dessinait et de découvrir comment les personnages et l'histoire prennent forme sur la feuille blanche. Voir comment le personnage que vous avez créé commence à bouger et à parler, c'est quelque chose de magique. Je trouve que les romans graphiques et les animations transmettent beaucoup de choses et donnent vie à l'histoire, j’aime beaucoup les deux formes.


Combien de temps a duré le processus de réalisation du film complet ? Quelle expérience technique ou autre le projet vous a-t-il apporté, et comment avez-vous procédé ? Le film

a-t-il été entièrement produit en Argentine ?


Il a fallu deux ans pour produire la bande-annonce. Omar et moi avons essentiellement créé tout l'art et l'animation. Cela a été un travail difficile et une grande expérience. Beaucoup de choses étaient nouvelles pour moi. Au début, l'idée de créer tous les personnages et de les encrer image par image était intimidante, mais une fois que j'ai appris à travailler plus vite, je me suis détendue et j'ai beaucoup apprécié. De même, travailler avec le musicien et le producteur de voix a été enrichissant, j'aime tout ce qu'ils ont apporté au projet. La production s'est déroulée en Argentine et aux États-Unis, car Omar vit à New York et moi, à Buenos Aires. Nous nous sommes réunis par vidéoconférence. Nous nous sommes bien organisés, malgré la distance.


L'anime est très populaire auprès des Millennials dans le monde entier : Quel est

votre public cible ? Quels sont vos espoirs pour le film ? Pensez-vous que l'anime est actuellement une forme très universelle et qui peut facilement être exportée dans

de nombreux pays ? Quels sont vos projets de distribution ?


Exactement, les Millennials (ou « Génération Y », ndlr) sont le public cible. J'espère que le public s'attachera aux personnages et à l'histoire, peut-être comme pour les films cultes, « Cowboy Bebop » par exemple. Je pense que le projet peut toucher des personnes de différents pays, puisque le personnage principal a un style de super-héros. Il a également une blessure, une cicatrice qui joue contre lui dans sa vie : je pense que nous avons tous une blessure que nous voulons surmonter, c'est pourquoi je crois que les gens s'identifieront à lui. De plus, l'histoire a une touche série-noire qui ajoute du mystère et de l'intrigue à l'intrigue. En termes de distribution, la prochaine étape consiste à promouvoir la bande-annonce avec un pitch, pour trouver des producteurs et des distributeurs.



La bande-annonce est vraiment un teaser ! C'est un véritable cliffhanger, qui laisse le spectateur désireux d'en savoir plus ! Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur l'histoire elle-même, sans trop la dévoiler ?


Merci beaucoup. Bien sûr ! C'est l'histoire d'un jeune gitan, contrôlé par un mauvais sort qui a fait de lui un fauteur de troubles et lui donne la force des loups. À force d’être sans arrêt pris dans des combats de rue avec des voyous ou des voleurs, il finit par être chassé de sa tribu gitane et séparé de sa petite amie. C’est alors qu’il décide de découvrir les origines du mauvais sort et de le surmonter. Sa quête le conduit dans le monde illégal de la boxe, où les gens échangent des pilules qui augmentent leurs performances ; il doit affronter de puissants gangsters, tous plus forts que lui. Au fond, l'histoire parle de dépassement :

le chemin du dépassement vous amène à vous confronter à vous-même, les yeux dans les yeux.


Enfin, quels sont vos projets à venir ?


J'ai adapté le scénario de « Street Wanderer » pour une bande dessinée, dont les illustrations sont en cours de réalisation. J'ai aussi d'autres idées pour de nouvelles histoires. Il y en a une surtout que j'aimerais écrire, sur l'importance de nos racines personnelles, une suite à « Debora Vitt et le Corbeau Bleu ». Merci beaucoup.

Ce fut un plaisir de répondre à toutes les questions.


Brève déclaration décrivant votre vision du cinéma post-covid, pensez-vous qu'il y aura des changements notables ?


Je pense que le cinéma aura de grandes opportunités dans l'ère post-covide.

J'ai lu récemment que cette période pourrait ressembler aux années 20, lorsque les gens faisaient la fête, sortaient, se réunissaient entre amis, etc. Il me semble que cela peut se passer ainsi et que les cinémas en feront partie, après que les gens aient regardé tant de films à la maison, assis sur le canapé. Je pense que les productions cinématographiques devront trouver de nouvelles idées et des techniques différentes.



Vidéo Officielle "STREET WANDERER"


Liens

Site Officiel Pin Comics

Instagram

YouTube



50 vues

Posts récents

Voir tout