NEW LOGO ALONE REWORKED GOLD.png

INTERVIEWS

  • Cannes World Film Festival - Remember the Future

INTERVIEW AVEC MIGUEL FLATOW, SCÉNARISTE, RÉALISATEUR, PRODUCTEUR ET MONTEUR DE "FOR DIEGO"


Best Mobile Phone Feature Film: Grand Winner 2022





INTERVIEW



Merci Miguel pour ce magnifique et captivant film. Expliquez à votre public comment vous êtes devenu cinéaste. Et, que pouvez-vous nous dire de votre première expérience cinématographique ?


Je suis arrivé à réalisation cinématographique via l'écriture. Je pensais d'abord devenir romancier, mais j'ai toujours écrit avec de la musique et imaginé visuellement tout ce que j'écrivais, c'était donc une transition naturelle vers l'écriture de scénarios. Après avoir suivi le programme de maîtrise en écriture créative de l'université de New York, j'ai déménagé à Los Angeles pour me consacrer au cinéma à plein temps. J'ai commencé à réaliser mes propres courts métrages pour protéger l'écriture.


Puis j'ai commencé à produire pour protéger la mise en scène. Après avoir lutté à Los Angeles pendant un certain temps, j'ai déménagé au Chiapas avec l'intention de réaliser mon premier long métrage. Je me suis dit que si personne ne me donnait une chance, je devais créer la mienne. Et puis on se rend compte que ça a toujours été comme ça. Personne ne peut vous donner quoi que ce soit tant que vous n'avez pas prouvé un certain niveau de compétence par vous-même.





Quels événements ont inspiré votre histoire ?


J'ai joué au football en tant que semi-professionnel au Mexique. Puis je me suis blessé au genou, j'ai abandonné et j'ai commencé à prendre l'école plus au sérieux. J'ai commencé à faire mes devoirs et j'ai réalisé que j'aimais ça. J'ai quitté le Mexique pour aller au Kenyon College avec une bourse d'études complète.

Kenyon est une petite école d'arts libéraux, très académique et incroyablement chère, située dans l'Ohio rural. C'est là que j'ai commencé à m'intéresser sérieusement au cinéma.


J'ai ensuite vécu aux États-Unis pendant de nombreuses années, presque dix ans, et pendant tout ce temps, je n'ai cessé de me demander ce qui était arrivé à tous mes coéquipiers au Mexique qui avaient tout sacrifié pour réaliser leur rêve de devenir footballeur professionnel, mais ce rêve ne s'est jamais concrétisé. Les chances ne sont pas en votre faveur. C'est l'histoire de centaines de milliers de Mexicains et de personnes dans le monde entier. Une partie de la thématique explorée par le film est donc la dure réalité que ces personnes, mes amis, rencontrent une fois que le rêve s'est évanoui, mais que les réalités socio-économiques du pays dans lequel ils vivent restent omniprésentes.





Vous vous présentez comme un cinéaste débutant. Comment avez-vous conçu la cinématographie innovante et rafraîchissante du film ? Comment avez-vous travaillé avec votre directeur de la photographie ?


Lorsque j'ai dit à Demian Barba, mon directeur de la photographie, que je voulais tourner le film avec un iPhone, j'ai eu droit à trois jours de silence. Mais plus nous en parlions, et plus j'avançais dans la préproduction, plus il devenait évident que c'était le bon choix. Tourner avec un téléphone présente des inconvénients évidents, mais dans notre cas, les points positifs ont complètement surpassé les points négatifs. Il est beaucoup plus facile de travailler avec des acteurs non professionnels, car une grosse caméra placée devant votre visage peut être assez paralysante si vous n'avez pas eu cette expérience.


Nous avons également obtenu beaucoup de valeur de production gratuitement, comme des centaines de figurants sans prétention qui pensaient que nous filmions un projet étudiant et qui nous ont totalement ignorés. De plus, la mobilité de la caméra se traduit par l'agilité de l'équipe. Nous tournions beaucoup d'installations et de prises par scène, et l'iPhone nous a permis de maintenir le rythme.


Mais en termes de cinématographie proprement dite, il s'agit d'optimiser le téléphone autant que possible en utilisant des applications tierces, des filtres à densité neutre clippables, etc. Et surtout, nous avons déplacé la caméra autant que possible. Nous avons exploité ses points forts : filmer en grand, éviter les gros plans et toujours bouger la caméra. Le football est une danse et l'iPhone danse sur le terrain avec les joueurs. Cette approche aurait été impossible avec une caméra plus grande. Plusieurs opérateurs se seraient évanouis.





Votre montage est également très dynamique et frais, par exemple dans la séquence d'entraînement de l'équipe de nos héros, avec des coupes très rapides et une grande variété d'angles. Quel a été votre processus ?


J'avais déjà monté plusieurs courts métrages, mais jamais un long métrage. C'est une démarche totalement différente. C'est comme courir un 5 km ou un marathon. Je me suis plongé dans le montage, j'ai lu tous les livres que j'ai pu trouver sur le sujet et je me suis débattu avec les détails techniques. J'adore le montage et je sais que cette expérience m'a déjà aidé à devenir un meilleur scénariste et réalisateur. On pense beaucoup plus aux transitions, par exemple. Mais ce que j'ai découvert, c'est qu'il faut laisser tomber l'idée du film que l'on avait en tête pendant le tournage, ou même pendant l'écriture, et regarder objectivement le matériel que l'on a capturé.


Vous découvrez peu à peu que le film a sa propre intelligence, sa propre idée de la façon dont il veut être raconté, et lorsque j'ai cessé de forcer ma vision préconçue de ce que le film devrait être et que j'ai commencé à demander au film ce qu'il voulait, le montage a été beaucoup plus fluide.

Après des mois de montage, j'ai aussi réalisé que le cinéma est plus proche de la musique que de la littérature. Tout est question de rythme. Viennent ensuite les aspects techniques. On ne sait pas ce qu'on ne sait pas. Il peut donc devenir très frustrant d'essayer de résoudre des problèmes, car il faut d'abord trouver comment les résoudre, puis essayer de les résoudre.

C'est une approche en deux étapes qui prend du temps. Si je remontais le film en sachant ce que je sais maintenant, je le monterais 10 % mieux en deux fois moins de temps. Une autre chose est que cela devient incroyablement compliqué de gérer cette quantité de matériel. J'ai eu l'impression d'avoir suivi un cours accéléré sur les technologies de l'information. J'ai fait ma propre correction des couleurs et mes sous-titres aussi.





Tous vos acteurs sont-ils des professionnels ? Parlez-nous un peu de la façon dont vous avez choisi votre casting, et de votre vision de la direction d'acteur.


99 % des acteurs n'avaient jamais joué dans un film auparavant. Certains avaient fait du théâtre, mais la plupart d'entre eux n'avaient jamais lu de scénario. Et c'était l'approche adoptée dès le départ. Je me suis toujours demandé pourquoi il n'y avait pas de bons films sur le football, compte tenu de l'ampleur du marché, et en explorant cette question, j'ai trouvé deux réponses.


Tout d'abord, filmer du football classique est incroyablement difficile car il y a trop de joueurs à développer individuellement, le jeu peut être lent car seuls deux ou trois buts sont marqués par match, et pour ceux qui connaissent bien ce sport, généralement, plus le jeu est simple, mieux c'est. Ce n'est pas ce qu'il y a de plus excitant. C'est pourquoi j'ai choisi de faire un tournoi de football 7 à part. Tout à coup, c'est comme filmer du basket ou du hockey, dont il existe de nombreux bons films. C'est juste beaucoup plus dynamique, amusant et visuellement stimulant.


Deuxièmement, de tous les films de football que j'ai vus, il me faut environ 3 secondes pour comprendre que les acteurs ne savent pas vraiment jouer au football. Cela se voit à la façon dont ils se tiennent, courent ou tapent dans le ballon. Cela conduit à un montage excessif afin de compenser le manque de compétences, et on perd le rythme de ce que l'on ressent sur le terrain. Je voulais filmer le football comme il n'avait jamais été filmé auparavant. J'ai donc toujours su que j'allais d'abord engager de vrais joueurs de football, puis essayer de les transformer en acteurs, ce qui est en fait faisable plutôt que l'inverse. Ensuite, vous pouvez filmer des prises plus longues, jouer de vrais matchs à une intensité maximale, chorégraphier des jeux avec un certain niveau de difficulté, tout se met en place.





"For Diego" est une belle histoire, un mélange subtil et équilibré de drame, de comédie et, dans une certaine mesure, de magie. Elle transcende les frontières, en raison de la qualité de l'histoire et du type de valeurs qu'elle présente au spectateur. Diriez-vous néanmoins qu'il s'agit d'une histoire typiquement mexicaine, ou avez-vous eu le sentiment de puiser dans quelque chose de plus universel ?


J'adhère à l'idée que plus une histoire est précise et particulière, plus elle se révèle universelle. Une tentative de découvrir le platonique dans le minuscule, si vous voulez. Il s'agit donc bien d'une histoire mexicaine, avec ses particularités et ses défis, mais la raison pour laquelle je pense que les gens résonnent avec le film est que les thèmes plus généraux qui traversent le film sont identifiables dans la spécificité du défi que les personnages traversent. Tout le monde peut s'y reconnaître.





Quel genre de réactions avez-vous eu de la part de vos compatriotes ? Et, voudriez-vous nous parler de votre prochain projet ?


Le film a été extrêmement bien accueilli au Mexique et il va au-delà de ce que j'avais rêvé. "Feel Content" a acquis les droits pour les ventes mondiales, donc nous verrons finalement où il atterrira, mais à ce stade, tout est un dessert. Je continue à le soutenir autant que je peux. Quant à moi, j'ai récemment vendu ma première émission de télévision à un studio d'Hollywood, qui est en cours de développement. C'est quelque chose d'entièrement différent. Elle est en anglais, se déroule dans le monde de la finance à New York et est incroyablement riche en dialogues. Je ne peux pas en dire plus, tout ce que je peux dire, c'est que je suis dans un état de confusion perpétuelle en essayant de comprendre comment fonctionne la machinerie d'une émission de télévision hollywoodienne. J'espère qu'elle sera produite et que je n'aurai plus à être aussi discret à son sujet.





Quelle est votre vision du cinéma post-Covid, pensez-vous qu'il y aura des changements importants ?


Si je me fie à mes propres tendances et à celles de mes amis, l'expérience des salles de cinéma sera réservée aux films à grand déploiement qui offrent un tel spectacle qu'il vaut la peine de sortir du confort et de la sécurité de son canapé. Cela allait déjà dans ce sens, mais comme pour la plupart des choses, la pandémie n'a fait qu'accélérer la transition.

Les films à petit et moyen budget sont désormais diffusés en streaming, ce qui est une bonne chose car auparavant, ils n'avaient pas de débouchés.




BIO


Miguel Flatow

SCÉNARISTE, RÉALISATEUR, PRODUCTEUR ET MONTEUR




Miguel Flatow est un scénariste, réalisateur et producteur mexicain.

À l'âge de 17 ans, Flatow s'installe aux États-Unis pour étudier le cinéma et la littérature au Kenyon College. Il a ensuite obtenu un MFA à l'université de New York (NYU), où il a étudié la création littéraire et l'écriture de scénarios. Il s'est ensuite installé à Los Angeles pour se consacrer à plein temps à l'écriture et à la réalisation. "Va por Diego" est son premier long métrage. Pour la télévision, Flatow a récemment vendu une émission au grand studio Holywood, qui est actuellement en cours de développement.



Liens

Instagram





3 vues