NEW LOGO ALONE REWORKED GOLD.png

INTERVIEWS

  • Cannes - World Film Festival - Remember the Future

INTERVIEW AVEC MAK MCCOY, RÉALISATRICE & SCÉNARISTE DE "BUT WE ARE"

Winner: Best Narrative Short Film, Best Young Filmmaker - August 2021 Edition




BIO


MAK MCCOY

RÉALISATRICE & SCÉNARISTE


Bill Mudge, Director & Co-Producer


MAK MCCOY



Mak McCoy, scénariste et réalisatrice, a 17 ans. Elle a eu la chance de grandir sur les plateaux d’un père réalisateur. Il était difficile de la trouver lorsqu'elle visitait le plateau car elle était toujours en train d'apprendre à connaître chaque département.


Dès l'âge de 6 ans, Mak a su mixer le son, jouer et faire des cascades de manière professionnelle. Un jour, elle décide d'écrire un épisode de "Blue Bloods". L’épisode reçoit des critiques élogieuses de la part des producteurs et une excellente couverture médiatique. Elle passe ensuite un entretien pour écrire un long métrage et obtient le poste le jour même. Elle avait 16 ans lorsqu'elle a écrit le film. L'accueil réservé au scénario est dû à sa vision unique du monde. Mak est capable d'éprouver de l'empathie pour des personnages de tous âges et de toutes origines.


La devise de Mak : "Je n'invente pas d'histoires, je les raconte. Si je ne crois pas aux histoires que je raconte, comment puis-je espérer que le public y croie ?"




INTERVIEW



Bonjour Mak, merci pour ce beau film. Comment êtes-vous devenu cinéaste ?


J'ai grandi sur des plateaux de cinéma. Mon père, réalisateur, m'a toujours encouragée à observer le déroulement des tournages. J'ai commencé comme actrice, puis je me suis mise à écrire. Je me suis beaucoup amusée à réaliser mon premier film.





En tant que jeune scénariste et réalisatrice, vous avez une vision assez mature des luttes intérieures des personnes plus âgées que vous. Qu'est-ce qui vous a inspiré l'histoire de ce premier film ?


Merci ! Tout le monde traverse des moments difficiles. Les adultes sont peut-être mieux à même d'exprimer leurs difficultés, mais des gens de tous âges et de tous horizons éprouvent les mêmes sentiments fondamentaux. Je crois qu'en tant qu'êtres humains, nous voulons simplement être entendus et, d'un autre côté, cela signifie que nous devons écouter les autres. Vous savez, tendre la main à cet ami qui n'a pas appelé depuis longtemps, faire un effort.

Vous aviez un budget assez serré à votre disposition. Comment avez-vous fait pour que tout se passe bien ?


Eh bien, nous avons tout tourné en un jour. J'ai aussi eu beaucoup de gens qui sont venus m'aider gratuitement ou pour un petit salaire. Je crois que l’histoire les a touchés et c'était vraiment génial d'avoir un groupe qui était là pour s'amuser et raconter une histoire qui tenait à cœur à tout le monde. Je me suis fait des amis pour la vie sur ce plateau. Je suis très reconnaissante à tous ceux qui ont participé à ce projet.





Quel est votre point de vue sur le court métrage ? Est-ce "seulement" le seul moyen de débuter en tant que cinéaste professionnel ? Peut-on faire indifféremment un court, un moyen ou un long métrage, car il s'agit vraiment de raconter une histoire dans le format qui lui convient ?


Oui. Je crois que le choix du support est très important. J'ai écrit le script dans ma chambre après une dispute stupide avec ma mère. Je pense que le meilleur art sort de soi, tout simplement.


Je travaille actuellement sur le traitement d'une série télévisée librement inspirée de "But We Are". Pour répondre à votre autre question, non, on ne fait pas de court-métrage uniquement lorsqu’on débute dans la profession. Quand j'écris, j'essaie vraiment de ne pas m'attendre à ce les films soient produits. En général j'échoue, mais j'essaie, vraiment.


Celui-ci, je l'ai vraiment écrit juste parce que c'est ce que je ressentais et vous voyez, c'est justement celui qui a été produit. C'est drôle, comment ça marche.





Qu'avez-vous appris sur le cinéma et sur vous-même en réalisant "But We Are" ?


J'ai appris énormément de choses. Pour moi-même, j'ai découvert que j’aime travailler avec les acteurs. C'est certainement ma partie préférée, à égalité avec l'écriture. Je pourrais continuer à parler des aspects techniques de ce que j'ai appris. L'obtention des permis, les assurances, les sites web de casting, la location de matériel, l'embauche de l'équipe, les caméras, le montage et les festivals de cinéma.


C'est beaucoup, mais la chose la plus importante que j'ai apprise, c’est que le réalisateur est très dépendant de l'équipe. Vous ne pouvez littéralement rien faire sans chaque personne sur le plateau. Le plus important est de trouver une bonne équipe, en qui vous avez confiance.





Quels sont vos réalisateurs préférés, et quels sont vos films préférés ? Y a-t-il des "modèles" ou des "films parfaits" dans votre galerie personnelle ?


Oui, j'adore Shawn Levy, Christopher Nolan, Taika Waititi et Greta Gerwig. Quant à mes films préférés, je ne pense pas pouvoir jamais en choisir un, mais voici mon top 8, je les connais de tête puisque je les aime tellement. "Room", "Martain Child", "Jojo Rabbit", "Honey Boy", "Karate Kid", "Joker", "Short Term 12" et "Five Feet Apart". Si vous n'avez pas vu "Room" ou "Honey Boy", je vous les recommande vivement.


Quel est votre prochain projet, à quel stade en êtes-vous ?


Eh bien, je suis toujours en train d’écrire quelque chose. Pour l'instant, je travaille sur la version TV de ce court métrage. Ensuite, j'attaquerai le scénario d’une idée de film qui m’est venue. Je passe la plupart de mon temps à enseigner le théâtre et à gérer mes clients. Je suis la plus grand défenderesse des acteurs, c'est donc très agréable pour moi de participer à leurs activités quotidiennes. Voir mes acteurs décrocher des rôles et franchir des barrières émotionnelles est incroyablement gratifiant, pour eux comme pour moi.


Quelle est votre vision du cinéma post-Covid, pensez-vous qu'il y aura des changements importants ?


Je pense que la pandémie de COVID-19 a créé une opportunité unique pour les cinéastes.

La quantité de médias consommés a augmenté de façon insurmontable. Cela nous donne à nous, les créatifs, davantage de possibilités pour produire nos œuvres et qu’elles soient vues.


J'ai également l'espoir que cela ouvrira davantage de portes à des cinéastes extrêmement talentueux, invraisemblables même, qui n'ont jamais vu la lumière du jour, et que cela donnera une chance à leur travail de briller.




Links

Instagram

MakMcCoy

IMDb



16 vues