INTERVIEWS

  • Cannes - World Film Festival - Remember the Future

INTERVIEW AVEC LE DR SUSAN LIM

RÉALISATRICE, AUTEURE & PRODUCTRICE DE "FANTASY OF COMPANIONSHIP BETWEEN HUMAN & INANIMATE"


Winner - Édition Février 2021:

Best Animation Film - Best Family/Children Film - Best Sci-Fi Film - Best New Wave Filmmaker - Best Producer - Best Visual Effects - Best Original Story - Best Soundtrack - Best Sound Design - Best Trailer




BIO


DR SUSAN LIM

RÉALISATRICE, AUTEURE & PRODUCTRICE



Bill Mudge, Director & Co-Producer


Chirurgienne, scientifique, dramaturge, parolière et directrice créative d'un projet centré sur la relation future entre les humains et les êtres inanimés, rendue possible par les nouvelles sciences de l'ADN synthétique et les technologies de la robotique, de l'intelligence artificielle et de la physique quantique, afin de relever le défi mondial de la solitude et la nécessité de nouvelles approches sur le compagnonnage dans un monde futur.


FILMOGRAPHIE


. 2021 Boy Scientist


. 2021 Fantasy of Companionship between Human and Inanimate


. 2021 Ode to an Inanimate Companion



Bonjour Dr Susan Lim. Merci de partager avec le monde entier cette fabuleuse fantaisie, maintes fois récompensée ! Pouvez-vous nous raconter l'histoire de ses origines, à savoir le projet "ALAN the Musical" ? Où en est actuellement la mise en scène de la comédie musicale?


Merci de me donner l'opportunité d'être interviewée sur cette fabuleuse plateforme du Cannes World Film Festival - Remember the Future. "Fantasy of Companionship between Human and Inanimate" trouve son origine dans deux forces auxquelles nous sommes confrontés dans la société actuelle, la longévité et la solitude d'une part, et les nouvelles technologies disruptives d'autre part. Ces dernières donnent naissance à une toute nouvelle race de compagnons, jusqu'alors inimaginables, des formes de vie synthétiques et des systèmes d'IA incarnés.


À mesure que ces compagnons prennent leur place aux côtés des humains dans la société, ils remettent en question les normes conventionnelles et brouillent les frontières entre ce qui est vivant et ce qui ne l'est pas, ce qui, à mon sens, devrait être ouvert au public dans le cadre d'une conversation mondiale, par le biais de la musique et des arts.


Mon co-créateur Christina Teenz et moi-même avons donc écrit une histoire sur l'avenir du compagnonnage entre l'humain et l'inanimé. Nous voulions présenter notre compagnon inanimé comme chaleureux et amical, et nous avons choisi un jouet inanimé en peluche, que nous avons appelé "ALAN". Nous avons communiqué la majeure partie de l'histoire à travers les paroles chantées de 15 nouvelles chansons que nous avons co-écrites, en tant que parolières, pour la comédie musicale.


Impatientes de voir notre scénario prendre vie, nous avons présenté une lecture publique d'"ALAN the Musical" à l'Université de Californie, Los Angeles (UCLA), sous la direction de Brian Kite, alors doyen de la faculté de théâtre de l'UCLA, avec une distribution merveilleuse et enthousiaste d'étudiants, d'anciens élèves et d'artistes de la région de Los Angeles. Lorsque le Covid a frappé et paralysé toutes les performances musicales et les Actes mis en scène, nous nous sommes tournés vers l'Animation pour raconter notre histoire.


En 2017, j'ai eu l'occasion de travailler avec une artiste d'animation incroyablement talentueuse, Samudra Kajal Saikia, qui m'a été présentée par notre compositeur en Inde, Joi Barua.


J'avais été invitée en tant que conférencière à une conférence INK à Hyderabad dans une session "Giant Leaps : Thrilling potential of AI and Robotics". J'ai choisi de parler du thème de l'avenir du compagnonnage et j'ai demandé à Samudra s'il pouvait créer un hologramme "ALAN" qui partagerait la scène avec moi, devant un public de quelque 1.200 délégués. L'hologramme "ALAN" s'est brillamment comporté et a marqué le début d'une relation créative entre Samudra, l'artiste d'animation, et "ALAN", le personnage, qui a débouché sur l'animation de nos chansons "ALAN" et sur un film d'animation basé sur la comédie musicale "ALAN", qui est en cours de réalisation.


Les quinze chansons originales de la comédie musicale ont fourni les mélodies et l'inspiration pour une pièce orchestrale, la "Fantaisie du Compagnonnage pour piano et orchestre", qui, à son tour, a fourni la bande sonore de la Fantaisie animée que nous avons soumise à votre festival.




Dans diverses interviews et déclarations, vous utilisez des termes tels que "Nouvel Ordre Mondial" et "IA", alors qu'il y a actuellement beaucoup de défiance dans le monde entier à l'égard de ces concepts. Pourtant, "Fantasy of Companionhip between Human and Inanimate" est un message rempli de joie et d'espoir. Qu'est-ce qui vous a poussé à vous décider et à partager votre passion de pionnière avec vos semblables ?


"New World Order" est entièrement du point de vue de l'Inanimé, une chanson qu'il chante alors qu'il embrasse la nouvelle science et les technologies, l'ADN synthétique, la robotique et l'intelligence artificielle, pour être le compagnon de son partenaire humain, pour avoir une intelligence artificielle et la capacité de communiquer. Voici les paroles du refrain de "New World Order", l'animation est en cours de réalisation, et peut-être qu'un jour prochain, nous la soumettrons au Cannes World Film Festival - Remember the Future !


"C'est une belle invention

La robotique, l'intelligence artificielle

C'est le nouveau médicament

Exosquelettes, implants cérébraux

Je vais faire une danse de la pluie

Attachez-moi, branchez mon cerveau

Et je suis prêt pour un tout nouveau jeu".


Aujourd'hui, la combinaison de la longévité et de la solitude a créé l'un des plus grands défis auxquels nous sommes confrontés dans la société, et cela a incité des pays comme le Royaume-Uni et le Japon à créer des ministères de la solitude, pour répondre à cette préoccupation sociale urgente.


L'IA permet aux formes inanimées qui nous entourent d'apporter leur aide dans les maisons de retraite, en tant que robots-assistants infirmiers, et aux robots compagnons de combattre la solitude dans la société. Bien entendu, nous savons que les formes inanimées dotées de l'IA apportent une dextérité technique dans diverses industries manufacturières. Dans mon domaine, la robotique chirurgicale, mon partenaire dans la salle d'opération a été un robot chirurgical. Cela m'a donné la confiance nécessaire pour embrasser l'IA et en partager les attributs positifs, tout en avertissant qu'il reste encore beaucoup à maîtriser dans sa mise en œuvre complète à l'avenir, et que l'IA ne doit pas remplacer mais seulement compléter les humains dans la société.


Pensez-vous que le progrès scientifique et les innovations stimulent réellement l'imagination humaine ? C'est un peu l'histoire de " l'œuf et de la poule ", est-ce qu'on progresse quand on ose imaginer, ou est-ce que le progrès permet de repousser les limites de l'imagination ?


La réponse est un oui catégorique, aux deux : le progrès scientifique stimule l'imagination humaine, et vice versa.


Le progrès scientifique ouvre de nouvelles possibilités, apporte de nouvelles solutions et stimule l'imagination humaine. Prenons l'exemple de mon domaine, la transplantation d'organes. Dans les années 1980, en tant que chirurgien transplanteur, le TEMPS était un facteur essentiel entre le prélèvement d'un organe et son implantation chez un patient gravement malade. Les organes humains ne pouvaient pas survivre longtemps dans les solutions de conservation simples disponibles à l'époque, et tous les moyens pour accélérer le transport en toute sécurité des organes entre les hôpitaux du donneur et du receveur étaient mis en œuvre, y compris le recours à des escortes routières de la police.


Je me souviens avoir atterri à plusieurs reprises sur la Tamise en hélicoptère pour livrer un organe que j'avais prélevé ailleurs dans le pays à l'équipe de transplantation de Londres. Cette contrainte de temps a incité les scientifiques à imaginer et à développer de meilleures solutions de conservation, qui permettent aujourd'hui de stocker des organes humains pendant 24 heures.


La grave pénurie mondiale d'organes humains a conduit à de nouvelles percées scientifiques, à la mise au point de greffes de cellules, en lieu et place d'organes entiers, comme des cellules sécrétant de l'insuline, au lieu d'un pancréas entier pour le diabète, et OUI, nous avons osé imaginer et développer l'impression 3D d'organes en commençant par la peau, tandis que d'autres organes plus complexes sont en phase de développement.


Qui aurait pensé que les progrès dans le domaine de l'immunologie inspireraient une nouvelle utilisation des organes d'animaux comme xénogreffes, qui est dans une phase de recherche et de développement, et que les percées dans la science des matériaux fourniraient de nouveaux matériaux d'échafaudage pour l'impression 3D d'organes, également dans une phase de recherche et de développement.




Cette symphonie est un véritable exploit musical. Comment avez-vous procédé pour réunir autant d'artistes de plusieurs pays ? Comment leur avez-vous présenté votre idée, qu'il s'agisse des compositeurs, du chef d'orchestre ou des solistes ? Comment avez-vous réussi à convaincre l'Orchestre symphonique de Londres de se joindre à vous ? Combien de temps a-t-il fallu pour enregistrer l'ensemble de la pièce, répétitions comprises ?


C'est la réalisation dont je suis la plus fière à ce jour dans l'industrie des arts créatifs et de la musique : avoir identifié et réuni une équipe de compositeurs, de musiciens et d'animateurs vraiment talentueux, originaires de quatre continents, pour former l'équipe d'"ALAN", travaillant ensemble avec passion pour créer un art magnifique sous forme de musique et de film.


Nos compositeurs pour les chansons originales viennent de trois continents différents : Joi Barua de Mumbai, en Inde, Ron J. Danziger de Melbourne, en Australie, Matthieu Eymard du sud de la France, et le compositeur, orchestrateur et arrangeur de la Fantaisie, Manu Martin de Bordeaux. J'ai rencontré Joi Barua pour la première fois lors d'une conférence à Singapour où nous avons partagé la scène, moi en tant qu'orateur et Joi en tant que chanteur.


J'ai été séduite par son talent et, pendant la pause-déjeuner, je lui ai demandé s'il voulait bien composer une musique sur des paroles que j'avais écrites pour une chanson d'"ALAN". Il a accepté, et le résultat a été notre chanson "ALAN", avec son air joyeux et entraînant.


Je considère la France comme le berceau de notre musique, car c'est là que j'ai rencontré notre chef de projet et chanteur principal Matthieu Eymard, et notre compositeur et orchestrateur Manu Martin, tous deux se produisant à la station de ski de Courchevel 1850, lieu de retraite hivernal annuel de ma famille. À l'hiver 2016, alors que je me trouvais dans le bar à cocktails du "Cheval Blanc", profitant d'un apéritif d'après-ski avec mon âme sœur Deepak Sharma, j'ai approché Matthieu Eymard, qui se produisait ce soir-là, pour qu'il chante notre chanson "ALAN" nouvellement composée. Le reste appartient à l'histoire.


Nous avons une forte présence française dans notre équipe de musiciens - Jérôme Buigues à la guitare électrique, Frédéric Rivière à la basse, Manu Martin au clavier, Matthieu Eymard au chant, rejoints par Michele Drees à la batterie et Afla Sackey aux percussions depuis Londres. Ma co-créatrice et co-lyricienne Christina Teenz était étudiante en médecine à Melbourne, en Australie, au moment où elle a écrit les paroles de 5 chansons d'"ALAN". Elle a depuis obtenu son diplôme, a accepté un poste de recherche en neurosciences à l'université de Stanford pendant un an et commencera bientôt sa résidence en neurologie au Cedars-Sinai à Los Angeles.


L'idée d'un enregistrement orchestral est née lorsque le chef de projet Matthieu Eymard et le compositeur Manu Martin m'ont fait part de l'idée d'inclure un arrangement pour cordes dans quatre de nos chansons qui avaient été créées pour "ALAN the Musical". Le résultat a été stupéfiant, car il a donné aux paroles une dimension et une puissance d'expression supplémentaires. En d'autres termes, j'en ai eu le souffle coupé ! Presque immédiatement, j'ai pensé, pourquoi laisser de côté les autres chansons d'"ALAN" ? En brainstorming avec Matthieu et Manu, nous avons rêvé d'un enregistrement entièrement orchestral qui s'inspirerait de TOUTES nos 15 chansons d'"ALAN".


Au printemps 2018, je me suis rendue dans une petite ville Rye, dans le nord de l'État de New York, pour rencontrer le célèbre pianiste retraité Tedd Joselson, afin de recueillir son avis sur ce concept. Nous avons déjeuné dans le restaurant historique de cottage français "La Panetière" autour d'un menu inspiré des baies de la saison. Le fait que Tedd Joselson ait fermement affirmé notre projet d'orchestration des 15 chansons d'"ALAN" a déclenché une série d'événements, et du jour au lendemain, une Fantaisie est née, orchestrée et arrangée par le talentueux compositeur Manu Martin.


Tedd Joselson a accepté de sortir de sa retraite pour diriger l'orchestre en tant que pianiste solo, et Arthur Fagen, directeur musical de l'Opéra d'Atlanta, a été engagé comme chef d'orchestre. Malgré le fait que le compositeur, le créateur, le pianiste et le chef d'orchestre se trouvaient sur trois continents différents, nous avons réussi à nous rencontrer physiquement pour deux week-ends de répétitions chez nous à Singapour, avant le grand enregistrement aux studios Abbey Road. Nous étions bien sûr ravis que le "London Symphony Orchestra" accepte d'enregistrer la Fantaisie avec nous. L'enregistrement de l'intégralité de la Fantaisie s'est déroulé sur deux jours, le premier jour le 19 novembre 2019, dans le Studio one avec le London Symphony Orchestra dirigé par Arthur Fagen, et Tedd Joselson au piano, et le jour suivant le 20 novembre avec un ensemble choral de 36 membres des "London Voices".


Bien sûr, il y a beaucoup plus que cela. Les 15 chansons originales d'"ALAN the Musical", dont les mélodies ont inspiré 15 morceaux de la Fantaisie, ont été enregistrées lors de 3 sessions distinctes à Abbey Road entre 2017 et 2019, avec un groupe incroyable de musiciens, qui comprenait le guitariste Jérôme Buigues, le bassiste Frederic Riviere, le batteur Michele Drees, le claviériste Manu Martin, le percussionniste Afla Sackey, et le chanteur principal Matthieu Eymard. Avec nos créateurs et compositeurs, nous nous sommes regroupés sous le nom d'équipe "ALAN". L'artiste d'animation Samudra Kajal Saikia, originaire d'Inde, nous a rejoints.


C'était notre rêve d'enregistrer aux studios Abbey Rd, avec l'Orchestre symphonique de Londres, et ce rêve s'est réalisé pour nous.



Le film déclenche une profonde réflexion métaphysique. Principalement, comme l'indique le titre même de l'opus, la relation possible entre le vivant et l'inanimé. Une question revient sans cesse à l'esprit en réfléchissant à votre étonnant essai en musique et en images : peut-on affirmer que quoi que ce soit soit réellement inanimé, à tout jamais ? La matière n'est-elle pas toujours en mouvement, d'une manière ou d'une autre, et donc toujours sujette à des enchevêtrements inattendus ?


En 2018, j'ai assisté à une exposition de l'artiste néerlandais Theo Jansen qui avait créé des sculptures cinétiques ou "Strandbeests" à partir de tuyaux et de bouteilles en plastique, qui se déplacent sur les plages sous l'impulsion du vent. À travers son regard artistique, il pensait avoir donné vie à ces formes d'art, qu'il qualifiait de vie artificielle.


D'un point de vue émotionnel, les objets inanimés peuvent être perçus comme ayant une vie propre, en suscitant des émotions dans les yeux du récepteur. Une peluche peut parler à un enfant par l'intermédiaire des échos de ses propres pensées, sous forme d'émotions réfléchies, vers le donneur.


Dans le domaine de la biologie synthétique, les scientifiques ont créé des organismes vivants dont l'ADN est entièrement fabriqué par l'homme. Cela brouille les frontières entre la vie et la non-vie.

L'ACTE 4 de la Fantaisie s'inspire de cette avancée scientifique, alors qu'"ALAN", l'inanimé, a besoin d'ADN synthétique pour réparer sa forme vieillie et chante sa chanson "Synthetic DNA" sur les paroles suivantes : "Synthetic DNA, will someone just write down my code; 4 alphabets it is, A T G C, yes, will someone please make a brand new me ".

En effet, la musique de la Fantaisie est imprégnée du code ADN de l'inanimé, comme un motif, qui, mis bout à bout, forme le code génétique qui s'exprime musicalement, sous forme de mélodies et d'harmonies dans la Fantaisie.


C'est précisément ce flou entre ce qui est vie et ce qui n'est pas vie qui nous a incités à ouvrir cette conversation au public, aux artistes, musiciens, philosophes, politiciens, psychologues, sociologues, ingénieurs et autres, et quelle meilleure façon de le faire que par la musique et le cinéma.



Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la réalisation du film ? Comment s'est déroulé le processus de co-écriture avec Thomas Z. Shepard ? Comment avez-vous organisé et réparti les tâches entre vous et vos co-réalisateurs Christina Teenz Tan et Samudra Kajal Saikia ?


Le scénario d'"ALAN" et les paroles des 15 chansons d'"ALAN" ont été écrits par Christina Teenz et moi-même, et cela a pris vie dans une lecture scénique d'"ALAN the Musical" en avril 2019.


Après l'enregistrement de la "Lim Fantasy of Companionship for Piano and Orchestra", et son mastering par Greg Calbi aux Sterling Studios dans le New Jersey en janvier 2020, Tedd Joselson m'a demandé d'envoyer une copie de la Fantaisie à son collègue Thomas Z Shepard à New York. Après avoir écouté la Fantaisie, Tom m'a contacté et m'a fait remarquer que, bien qu'il ait adoré le morceau, il avait l'impression qu'il y avait une histoire sous-jacente à la musique, qui attendait d'être racontée, et que cela devrait être fait par le biais d'une version narrative de la Fantaisie.


J'ai été intriguée par cette suggestion et inspirée par l'opportunité de travailler avec Thomas Z Shepard, lauréat de plusieurs Grammy Awards, pour créer un scénario narratif, qu'il a enregistré initialement aux États-Unis. Je l'ai ré-enregistré à Londres avec Adrian Peacock comme narrateur, et c'est cette narration qui constitue notre présentation de "Fantasy of Companionship between Human and Inanimate", au Cannes World Film Festival - Remember the Future.


Samudra Kajal Saikia est un membre clé de notre équipe "ALAN", un artiste extraordinaire d'Assam, un poète et un maître en arts visuels, spécialisé en histoire de l'art. Il était familier avec le personnage d'"ALAN", ayant créé pour moi, un hologramme d'"ALAN" en 2017, et il avait développé une relation artistique avec "ALAN".


Lors de la réalisation du film d'animation, Christina Teenz et moi-même avons guidé Samudra dans ce que nous attendions non seulement d'"ALAN" l'inanimé, mais aussi des personnages, "Christina", l'humaine, le garçon scientifique et les autres personnages de la fantaisie animée du compagnonnage entre l'humain et l'inanimé.


Nous avons divisé nos tâches en nous concentrant sur les chansons que nous avions écrites, "Christina" sur les morceaux plus ludiques, plus jeunes et inspirés par les chansons, "Life on the Shelf", "Off to College", "Evil Professor", "Boy Scientist", "Timeless", tandis que je me suis concentré sur les morceaux plus liés à la science et à la technologie, "New World Order", "Synthetic DNA", "Teleportation", et le morceau spirituel "Origins", entre autres.


Samudra était présent à Abbey Road avec l'équipe d'ALAN pendant deux semaines en novembre 2019, et a eu l'occasion de s'imprégner de l'ambiance des sessions d'enregistrement, de la musique, d'interagir avec les membres de l'équipe d'"ALAN" et de s'inspirer d'un portrait d'"ALAN" grandeur nature fait de minuscules pièces de mosaïque, 59 000 pour être exact, dévoilé pour la première fois, alors qu'il se tenait fièrement aux côtés de l'Orchestre symphonique de Londres dans le Studio One pendant tout l'enregistrement de la Fantaisie.



Ces derniers temps, nous avons tous réfléchi à la solitude et aux relations virtuelles, en particulier pendant les périodes d'enfermement difficile dans des sociétés qui étaient habituées à beaucoup de convivialité au quotidien. Pourtant, le thème de l'isolement individuel par rapport à l'illusion apparente des "amitiés" virtuelles est une discussion qui a commencé bien avant que nous ayons à faire face à la réalité d'une pandémie mondiale. Comment concilier notre peur de la solitude et notre crainte des liens virtuels, que pouvez-vous partager de plus de votre point de vue, au-delà de la proposition qu'est votre film ?


Cette pandémie imprévue de Covid a contraint la plupart d'entre nous à la solitude et à l'isolement de nos proches, le seul moyen de communication étant les plateformes virtuelles telles que "zoom", "facetime" et autres. Bien sûr, nous sommes tous impatients de retrouver les rassemblements physiques et les interactions de la vie réelle. Mais il est inévitable que nos mondes, physique et numérique aient commencé à se rapprocher, à mesure que nous interagissons entre nous, nos ordinateurs et appareils et l'environnement qui nous entoure.


À l'avenir, alors que nous nous aventurerons dans l'espace et que nous explorerons l'au-delà, il semble inévitable que nous vivions une partie de notre vie dans des mondes virtuels, de réalité mixte et augmentés. Notre quête de nouvelles connaissances par l'exploration, rendue possible par les nouvelles technologies disruptives, nous pousse dans cette direction.




Opinion personnelle sur le cinéma post-covid : pensez-vous qu'il y aura des changements notables ?


Je garde une vision optimiste pour le cinéma post-covid, car le modèle économique évoluera pour répondre au besoin humain fondamental d'interactions sociales avec l'application des nouvelles technologies. Il y aura toujours une demande pour les sorties sociales et l'expérience du grand écran en format physique, tout comme il y aura une demande pour les repas au restaurant, malgré l'abondance des services de livraison de nourriture à domicile.



Links

Lim Fantasy - Official Site

ALAN the Musical

Facebook

Instagram

Twitter

LinkedIn

Youtube - Official Channel