NEW LOGO ALONE REWORKED GOLD.png

INTERVIEWS

  • Cannes - World Film Festival - Remember the Future

INTERVIEW AVEC DANIEL D'OR, RÉALISATEUR, PRODUCTEUR & SCÉNARISTE DE "MR. NELSON ON THE NORTH SIDE"


Grand Winner 2022: Best Documentary Feature





INTERVIEW



Merci de nous recevoir Daniel D'OR. Comment avez-vous décidé de faire ce film ?


J'ai été approché par des producteurs débutants qui m'ont demandé de les aider à faire un film sur Prince. Ma première question a été : "Avez-vous les droits sur sa musique et la succession est-elle d'accord ?" Après tout, comment faire un documentaire sur Picasso sans montrer ses tableaux ? Ils m'ont assuré qu'ils avaient conclu un accord pour les droits. Je les ai crus, en raison de leurs liens avec l'industrie musicale ; il s'agissait également de personnes très proches de Prince et ils avaient déjà réuni une partie de l'argent.


Bien sûr, je me suis enthousiasmé, car pouvoir accéder à la bibliothèque musicale de Prince pour produire un film indépendant s’annonçait révolutionnaire. J'ai donc fait ce que j'avais à faire, obtenu un accord de distribution et le budget nécessaire. Malheureusement, j'ai été induit en erreur car ils n'avaient jamais vraiment eu de droits, et la succession et son consultant n'ont jamais voulu nous accorder de licence pour la musique - à aucun prix.


J'ai grandi en écoutant Prince, mais je n'étais pas un super fan. Bien sûr, j'aimais sa musique, mais je ne m'identifiais pas, comme tant d'autres, à son personnage unique hors-pair. Lorsque j'ai commencé mes recherches pour ce film, j'ai cependant découvert quelque chose d'inattendu : la connexion intense qui existe entre Prince et ses fans. Ce n'était pas le genre de passion qu’on peut voir chez les fans d’Elvis ou de Michael Jackson, c'était différent, beaucoup, beaucoup plus profond. Son message sincère d'amour et d'unité pour tous, noirs, blancs, gays, hétéros, vieux, jeunes, a changé la vie de beaucoup de monde. Tout fan de Prince comprend ce que je veux dire.


Certains ont dit que Prince leur avait donné de la force, des conseils et un sentiment d'estime de soi. D'autres, qu'il leur avait littéralement sauvé la vie ! QUOI ?! J’étais désormais vraiment curieux de comprendre qui était vraiment ce type... et plus j'explorais, plus je me rendais compte que je découvrais quelque chose qui n'était comparable à aucun autre fandom.


Bien sûr, ses fans savaient tout sur lui, son talent incomparable, les nombreux instruments qu'il maîtrisait, la musique brillante qu'il produisait et ils pouvaient réciter toutes les paroles qu'il avait écrites. Mais les histoires ne cessaient d'affluer, de gens de tous âges et même de la part de nombreux artistes eux-mêmes très connus et qui déclaraient combien il avait été pour eux une source d'inspiration, tant dans la vie que dans leur musique.


Je me suis senti obligé de faire un film qui cerne ces perspectives. Et lui… quelles avaient été ses inspirations ? Qu'est-ce qui a poussé Prince à devenir cette superstar du génie musical ? Et par le biais de son influence extraordinaire, qui à son tour a-t-il inspiré à donner le meilleur de lui ou d’elle-même ?


En fait, après trois années passées au cœur de l’univers de Prince, j’ai profondément changé. Pas comme un adepte de secte, mais étrangement, Prince est devenu un mentor.


Je me suis souvent demandé : "Comment Prince voudrait-il que je gère telle ou telle situation en rapport avec son histoire ?" J’ai trouvé mes propres réponses bien sûr, mais pourtant je sais que son influence m'a inconsciemment transformé ; j’ai désormais un autre regard sur mes amis, ma famille, ma vie. Cette folle aventure m’a rendu meilleur. Le film est une célébration que je veux partager avec ses "fams" du monde entier, comme avec ceux qui n'ont jamais vraiment connu ce véritable génie musical de notre temps... Monsieur Prince Rogers Nelson.





Comment avez-vous choisi le panel de participants ?


Ça a été la partie la plus difficile du voyage. Mon équipe et moi avons pris l'avion pour Minneapolis pendant une énorme tempête de neige; l'aéroport et toute la ville se sont retrouvés bloqués une heure à peine après notre atterrissage. Le premier groupe sur lequel je voulais me concentrer était celui des super fans que Prince invitait à Paisley Park pour des concerts privés.


Ils recevaient parfois leur invitation quelques heures avant que Prince ne monte sur scène. Parfois, il n'y avait qu'une poignée de personnes présentes. Certains de ces “super fans” avaient assisté à des centaines de ces concerts, et connaissaient Prince mieux que la plupart des gens qu’il rencontrait. Il leur faisait entièrement confiance. Il les appelait "fams", comme je l'ai mentionné plus tôt. Les règles étaient strictes : pas de téléphone portable, pas de photos, pas de drogue, pas d'alcool. L'un d'entre eux nous a décrit son intention de faire en sorte que ce petit public trié sur le volet "profite et vive le moment présent". Il ne pouvait pas s'arrêter de créer ou de jouer, donc ces concerts privés ont parfaitement fonctionné pour lui et ces super fans.


Ça a été la première série d'interviews. Leur amour pour Prince les avait incités à protéger leurs expériences du monde extérieur. Ils ont fini par nous faire confiance et ces histoires incroyables ont émergé. La communauté s'est ouverte à nous et puis, une porte magique s'est ouverte avec un homme nommé Harry "Spike" Moss. C'est un militant des droits civiques, aimé par sa communauté et qui a été un mentor pour Prince dans ses premières années. Spike a été à l’origine d’un aspect très important de la vie de Prince et que très peu connaissaient.





Y avait-il une part de "Purple Magic" dans la réalisation, y a-t-il des anecdotes particulières que vous voudriez partager avec le public, concernant ce que l'on appelle souvent les "synchronicités" ?


Après ce premier volet, direction Hollywood, pour interviewer les stars. Toutes ont refusé, à notre grande déception. La succession de Prince était encore devant les tribunaux et cela tout le monde était effrayé à l’idée de parler de Prince. Aucun agent ne voulait laisser interviewer ses clients. Celle que je voulais vraiment avoir devant la caméra, c’était Chaka Khan, parce qu'elle connaissait Prince et avait travaillé avec lui depuis plus longtemps que quiconque. Là aussi, l’agent nous donne une fin de non recevoir, après des mois passés à l supplier…


Un soir, j'emmène les deux membres de mon équipe pour une collation et un verre au restaurant Dan Tana's, à West Hollywood. Le lieu a une histoire et une ambiance merveilleuses dans le monde des stars. Tout au long de ma carrière, j'y ai rencontré des icônes d'Hollywood, avec qui j’ai partagé des repas et des histoires incroyables. Entre alors une merveilleuse chanteuse, du nom de Miki Howard. Je la connaissais, j'aime sa musique.


Je lui dis que je suis un fan, que c’est un honneur de la rencontrer, lui parle d’une chanson en particulier que j’aime beaucoup. Je suppose que c'était quelque chose qu'elle avait besoin d'entendre à ce moment-là, car elle m'a chaleureusement serré dans ses bras avant de me coller un gros baiser sur la bouche ! Wow ! J'étais vraiment surpris, mais bien sûr ravi. Elle dit qu'elle veut me présenter à son amie et de les rejoindre pour boire un verre. Nous passons derrière une colonne du restaurant, vide, et qui voilà, assise à une table… Chaka Khan !!! Oui ! Oh mon Dieu ! Miki dit à Chaka qu'elle veut la présenter à son nouvel ami et lui raconter ce que je lui avais dit. Chaka s'est levée et m'a embrassé !!! Oh mon Dieu encore une fois ! Bien sûr, je n’allais surtout pas leur dire que nous faisions un film sur Prince et que j'avais essayé d'obtenir une interview d'elle, Chaka, depuis des mois.


Elle aurait sûrement cru que je cherchais à l’importuner, puisque nous étions littéralement les seules personnes présentes dans l'endroit - avec mes deux coéquipiers. Chaka et Miki avaient passé la soirée à écouter de la musique juste à côté, au célèbre Troubadour, elles étaient venues manger un morceau. On sort du restaurant, je les invite à dîner ensemble un de ces soirs. Elles égarent des clés et je les retrouve, elles sont très reconnaissantes. Miki me donne son numéro et me dit qu'elles nous devaient un dîner —et nous en restons là.


Des semaines plus tard, de retour à Los Angeles, j'ai essayé de l'appeler et de lui envoyer des SMS pour l'inviter à dîner avec Chaka. Comme je m'y attendais, aucune réponse à ce numéro... Puis, une semaine plus tard, elle m'a répondu par texto qu'elles seraient ravies de dîner avec moi. Nous avons proposé de les emmener dans leur restaurant préféré ou dans celui de notre choix, ou... de leur faire à dîner. Et elles sont venues ! Nous les avons écoutées écrire des chansons ensemble dans le salon de notre Airbnb. Wow ! Quelle expérience magique d'entendre ces belles voix en direct.


Nous nous sommes rapidement liés d’amitié et elles nous ont aidés à accéder à quelques célébrités. Cependant, nous livrions une bataille difficile, ce qui est compréhensible, car la succession n'était toujours pas réglée.





Quelle est la direction principale du film, en d'autres termes, quelle était votre vision globale pendant le processus d'écriture ?


Comme la succession n'était pas d'accord et qu'on nous empêchait d'inclure sa musique dans le film, un véritable biopic était hors de question. Nous avons donc cherché à savoir qui et ce qui avait influencé Prince, c'est-à-dire les musiciens, la guerre, la lutte pour les droits civiques, etc. En retour, nous voulions nous intéresser à ceux qu’il avait influencés.

Au fil du temps, les deux approches ont déclenché des révélations choquantes. L'accent a été mis sur le centre communautaire "The Way".


Le centre a sorti les jeunes de la rue et leur a enseigné l'histoire des Noirs; Spike a appris aux enfants comment s'habiller, marcher et avoir du respect pour eux-mêmes et pour les autres. Cela a donné aux jeunes un endroit à eux, pour grandir et apprendre de leurs mentors. De nombreuses et merveilleuses opportunités de vie y ont été nourries, donnant naissance à d'immenses réussites, dont Prince fait partie.


D'autres comme Jimmy Jam et Terry Lewis, le sénateur Bobby Joe Champion, Jelly Bean et Sonny Thompson en font partie. Recréer, d'une manière ou d'une autre, cet environnement extraordinaire dans d'autres communautés de ce type, par le biais d'organisations caritatives et de l'histoire de ce film, est maintenant devenu une mission pour moi.





Y a-t-il quelque chose qui vous a frappé - outre l'amour pour Prince et son art - comme étant un trait commun entre tous les intervenants que nous voyons à l'écran ?


Oui ! La façon dont chacun était profondément affecté par cet être humain. J'aime Michael Jackson et Elvis Presley, mais avec Prince, on ne parle pas de fandom pour une icône. C'est une connexion personnelle, avec chacune et chacun. Prince a profondément changé leurs vies, grâce à ses immenses et incomparables talents, à son message d'amour et d'unité, à son image pleine de couleurs, à son assurance et, enfin, à sa nature philanthropique.


Prince a aidé financièrement un grand nombre de personnes et d'organisations caritatives, mais il leur a fait jurer le secret. Il ne voulait ni ne recherchait une "tape dans le dos". C'était un altruisme privé et réel, qui a complètement changé l'image que j'avais de lui. Enfin, ses paroles, toujours poétiques, résonnaient profondément chez ses fans, plus que je n'aurais pu l'imaginer.


Une star de la musique a dit que Prince était la graine en lui au centre de toute sa créativité. Après avoir réalisé ce film, je comprends maintenant ce sentiment. Je ne pouvais pas raconter toutes les histoires magiques dans ce seul film, c'est pourquoi je viens de publier toutes les interviews en streaming, sur mon site.





Votre film est un must pour tous les amoureux de Prince sur la planète, quels sont vos espoirs et vos perspectives en termes de distribution ?


Nous avions signé avec un distributeur important. Nous avions presque fini le film quand ils ont fait faillite. J’ai eu du mal à le placer chez un autre distributeur. Des diffuseurs ont fait des offres, mais ils voulaient surtout attendre le biopic à 60 millions de dollars qui allait arriver d’un moment à l’autre. J'ai donc décidé de créer un site pour m'auto-distribuer.


L'industrie offre de nombreuses plateformes, mais aucune n'offre exactement ce dont les producteurs ont besoin. C'est pourquoi j'ai décidé de construire mon propre site en combinant des plug-ins et des plateformes existantes. Je suis également en train d'intégrer une possibilité d'interaction avec les fans de Prince dans le monde entier. C'est de plus en plus difficile, car la succession de Prince est assez restrictive du point de vue des droits. À juste titre, car Prince est une marque financière. Je veux juste partager nos cœurs, pas son image ou sa musique. Après tout, tous les fans de Prince ont déjà toute sa musique.





Diriez-vous que creuser aussi profondément dans l'univers de Prince, et tout ce qu'il a apporté aux gens du monde entier, a été une expérience qui a changé votre vie ? Si oui, comment ?


J'ai déjà abordé ce sujet plus tôt, alors je ne sais pas trop comment répondre sans me répéter, mais je peux vous dire ceci : beaucoup de gens lui ont attribué le mérite d'avoir littéralement sauvé leur vie, par exemple un adolescent qui grandissait dans le Midwest des années 1970 et qui réprimait son sentiment d'être gay. Son père était gravement homophobe et ce jeune avait décidé de mettre fin à ses jours. Par miracle, il a rencontré Prince et sa musique qui lui ont donné la certitude qu'il n'était pas seul.


Le message de Prince sur l'acceptation de tous, jeunes, vieux, homosexuels, hétérosexuels, blancs, noirs, etc. était très fort spirituellement pour les jeunes de cette époque - et il l'est encore aujourd'hui. Je suis toujours surpris et ému par les célébrations de Prince. La diversité est si merveilleuse et si porteuse de vie. Il y a tant de soutien et d'amour mutuel dans la communauté des fans de Prince. Je ne peux qu'espérer que cela continue à résonner avec les générations futures.


Cela peut paraître étrange, mais cette expérience et ce lien avec son histoire, sa musique et ses fans m'ont appris à aimer à nouveau, ce que j'avais perdu il y a longtemps. Je respecte profondément les croyances religieuses des autres, mais cette expérience a renouvelé ma foi en moi-même. Ce tournage a été la meilleure expérience de ma vie, mais aussi la pire. J'ai vécu beaucoup de traumatismes et de pertes tout au long de la réalisation de ce film, ce qui a accentué toutes mes émotions, alors que j'étais par ailleurs très calme.

Je pense que cela m'a finalement permis de réaliser à quel point le monde de Prince était puissant et l'est toujours.


Quelle est votre vision du cinéma post-Covid, pensez-vous qu'il y aura des changements importants ?


Tant de jeunes conteurs ont pu créer et s'exprimer sur les médias sociaux. Je pense que le secteur connaîtra une lutte pour les films indépendants, mais que les films d'art et d'essai et les films de studio prospéreront. Les séries télévisées destinées à être regardées en boucle resteront au premier plan, car ce sont les entreprises les plus rentables. Le financement sera toujours un problème, mais de nouvelles options d'argent frais arriveront sur le marché à la fin de 2022 et au début de 2023, grâce à une nouvelle source de revenus.




BIO


Daniel D'OR




Producteur et co-créateur de Starhunter (2000), la série télévisée de 66 épisodes, Daniel D'Or est reconnu pour les longs métrages et séries télévisées de qualité qu’il a produits pour les marchés du monde entier. Il a établi des entreprises médiatiques en Amérique du Nord, notamment Greystone Creative Services, la première compagnie de postproduction en ligne du Canada, et qui participe à nombre de produits télévisés.


D’Or a fondé Ryan Helicopters, une entreprise d'hélicoptères spécialisée dans la cinématographie aérienne, de l'action à la couverture d'événements sportifs majeurs, et St. Lucia Helicopters (désignée par les magazines spécialisés comme l'entreprise d'hélicoptères la plus rentable d'Amérique du Nord).


Dan a également conçu et mis en œuvre des technologies clés de médias interactifs pour Air Canada et Ontario Hydro, plus de dix ans avant que ces technologies ne deviennent des normes industrielles, désormais actives dans le monde entier.


Il a cofondé Spaceworks Entertainment avec son partenaire commercial G. Philip Jackson, avec qui il fait équipe dans la production depuis 1993, par le biais de leurs sociétés PNA, Danforth Studios Ltd et Greystone Studios Inc, produisant quelque 18 longs métrages ainsi que trois séries télévisées. Parmi les titres récents, citons la coproduction de la comédie théâtrale Wish You Were Dead (2000, avec Mary Steenburgen et Christopher Lloyd), et du concept original devenu depuis la série de 66 épisodes Starhunter (2000), diffusée aux États-Unis.


D'Or a fait ses débuts de réalisateur avec Falling Fire (1998, TV, drame, avec Michael Pare), dont la première mondiale a eu lieu au Showtime Network, avant que le film remporte un Gold Award pour la réalisation au WorldFest Charleston. En ouverture du festival, le film a été à nouveau projeté en avant-première au Festival international du cinéma fantastique de Montréal. Dan a également réalisé les segments britanniques de Starhunter.


Parmi ses autres crédits de producteur, citons Replikator, film S.-F. culte (1994, avec Ned Beatty, Michael St. Gerard), qu’il a dirigé een même temps qu’il a tenu la caméra pour les trois scènes à couper le souffle de poursuite en hélicoptère. Il a également produit la cultissime aventure en réalité virtuelle Carver's Gate (1996, avec Michael Pare), élue "Coup de cœur du public" au Festival international du film de Madrid 1997 et projetée en ouverture du segment "Midnight Madness" au Atlantic Film Festival. Il a ensuite produit de nombreux autres titres de science-fiction, qui ont tous connu un succès commercial et critique.


En outre, D'Or a produit Men of Means (1998, avec Michael Pare, Austin Pendleton), marquant la première incursion de l'équipe Spaceworks hors de la science-fiction. Dan est président de Spaceworks et s'occupe actuellement de la production de la série télévisée Year Zero, ainsi que de deux nouveaux films en coproduction avec ses partenaires de Pacific Rim.


Filmographie

Scénariste / Producteur / Réalisateur

Producteur

. FATman at Lightspeed (TV Series) (development executive) / (producer) (pre-production)

. 2021 Mr Nelson on the North Side (Documentary) (executive producer) / (producer)

. 2017 Teens 101 (TV Mini Series) (producer - 6 episodes)

. 2017 Michelle

. 2017 Lydia

. 2017 Demitreous

. 2017 Joey's Story

. 2017 Cyber Bullying

. 2017 Starhunter Transformation (TV Mini Series) (3 episodes)

. Episode #1.3 (2017)

. Episode #1.2 (2017)

. Episode #1.1 (2017)

. 2017 Starhunter ReduX (TV Series) (executive producer)

. 2013 Meltdown (executive producer)

. 2012 Ice Hotel (Documentary)

. 2011 Quebec Carnival 3D (Documentary)

. 2007 Fraud Squad TV (TV Series)

. 2007 Fraud Squad TV: Seasons 1 & 2 (TV Series)

. 2000-2004 StarHunter (TV Series) (44 episodes)

. 2004 Hyperspace II

. 2004 Hyperspace I

. 2004 License to Fill

. 2004 Negative Energy

. 2004 Just Politics

. 2001 Wish You Were Dead (co-producer)

. 2001 Drop Dead Roses (executive producer)

. 2001 Longshot (producer: Canada)

. 2001 BattleQueen 2020

. 1999 Space Fury (Video)

. 1999 Cybermaster

. 1998 Men of Means

. 1998 Shepherd

. 1997 Future Fear

. 1997 Falling Fire (producer - as Daniel Dior)

. 1997 2103: The Deadly Wake

. 1996 Carver's Gate (TV Movie)

. 1994 Replikator (producer - as Daniel D'or)

. 1993 Timestorm Theatre (TV Short)

. 1990 The Fateful Balance (TV Movie documentary)


Scénariste

. 2007 Fraud Squad TV: Seasons 1 & 2 (TV Series)

. Starhunter (TV Series) (creator - 22 episodes, 2000 - 2001) (co-creator - 1 episode, 2003)

. 2003 Rebirth (co-creator)

. 2001 Resurrection (creator)

. 2001 Travis (creator)

. 2001 Bad Seed (creator)

. 2001 Bad Girls (creator)

. 1997 Falling Fire


Réalisateur

. 2021 Mr Nelson on the North Side (Documentary)

. 2017 Starhunter Transformation (TV Mini Series) (3 episodes)

- Episode #1.3 (2017) ... (2015-2016)

- Episode #1.2 (2017) ... (2015-2016)

- Episode #1.1 (2017) ... (2015-2016)

. 2017 Teens 101 (TV Mini Series)

. 2011 Quebec Carnival 3D (Documentary)

. 2007 Fraud Squad TV: Seasons 1 & 2 (TV Series) (2007-2011)

. 2001 BattleQueen 2020

. 1997 Falling Fire


Second Unit Director or Assistant Director

. 2000-2001 Starhunter (TV Series) (director - 18 episodes)

. Eat Sin (2001) (director: UK)

. A Twist in Time (2001) (director: UK)

. Super Max (2001) (director: UK)

. Dark and Stormy Night (2001) (director: UK)

. Half Dense Players (2001) (director: UK)


Cinematographer

. 2012 Ice Hotel (Documentary)

. 2011 Quebec Carnival 3D (Documentary) (3D shooting)

. 1993 Timestorm Theatre (TV Short)



Liens


OnTheNorthSide

Instagram

Facebook

Twitter

LinkedIn

Youtube

TikTok





0 vue