INTERVIEWS

  • Cannes - World Film Festival - Remember the Future

INTERVIEW AVEC BONZIE, RÉALISATRICE DE "alone"

Nominée: Best Original Song - Best Animation Film - Edition Mars 2021

Award Honorable Mention: Best Music Video - Edition Février 2021



© BY BONZIE. TOUS DROITS RÉSERVÉS.

BIO


BONZIE EST UNE CHANTEUSE / COMPOSITRICE

MULTI-INSTRUMENTISTE AMÉRICAINE



BONZIE a fait l'objet d'éloges dans VICE, Vogue et Brooklyn Vegan, ainsi que dans les pages du New York Times, et "alone" figure parmi les meilleures chansons de 2020 selon le New York Times. La chanson "alone" a reçu plus de 1,1 million de vues sur YouTube. Elle a coproduit son nouvel album Reincarnation aux côtés de DJ Camper et Yeti Beats, producteurs connus pour leur travail avec Doja Cat, Jay-Z et John Legend.



Bonjour BONZIE, c'est un plaisir de vous interviewer. Vous êtes sans nul doute une artiste prodige, avec pour preuve cette carrière époustouflante lancée au jeune âge de 15 ans, à la sortie de votre premier EP The Promise en 2013. Comment et quand avez-vous réalisé que vous étiez musicienne et décidé d'embrasser une carrière professionnelle ?


Merci ! J'ai toujours aimé créer et la musique était mon support préféré, depuis très jeune. Je pense que j'ai tout naturellement commencé à écrire des chansons et désiré les partager. Je ne pense pas avoir réalisé que je poursuivais une carrière professionnelle avant que d'autres ne me le disent. C'était tout simplement amusant.


Vous avez écrit et réalisé la vidéo "alone". Parlez-nous un peu de votre processus à la genèse du film : avez-vous eu l'idée d'un film d'animation avant même d'écrire l'histoire ? Comment avez-vous découvert le travail de Miyo Sato et pourquoi avez-vous choisi de travailler avec elle ?


J'avais déjà commencé à parler avec Miyo Sato sur Skype depuis un certain temps avant la pandémie, dans l'idée de, peut-être, travailler ensemble un jour. Fin 2019/début 2020, nous utilisions un traducteur pour communiquer, car mon japonais n'était pas assez bon à l'époque - sa langue maternelle étant le japonais et la mienne, l'anglais. J'avais découvert son travail à travers ses courts-métrages... ils sont animés totalement à la main, elle peint au doigt sur du verre ou en utilisant du sable, et ils ont tous une qualité très tangible et pleine de cœur. J'ai adoré que l'on puisse presque ressentir physiquement l'animation.


J'ai passé les mois suivants à étudier le japonais à fond, et lorsque nous avons commencé à travailler sur "alone", nous n'avions plus besoin de traducteur ! Tout s'est mis en place : on vivait une pandémie, elle était au Japon, à l'autre bout du monde, et son style d'animation était peint à la main alors que la chanson est jouée en fingerpicking. Il y avait beaucoup de dichotomies et, à l'inverse, beaucoup de parallèles entre nous et entre nos œuvres d'art, ce qui en a fait un mariage fortuit. Nous avons beaucoup parlé du fait que notre rencontre semblait être un kiseki 奇跡, une sorte de miracle.



"alone" a été projeté en public sur un mur à Nagoya, au Japon (dans le cadre du Streaming Heritage Festival) pendant un mois entier. Quel genre de retour avez-vous eu de la part des spectateurs ? Quel impact cet événement a-t-il eu sur votre présence sur le marché japonais en tant que musicienne ?


Pour être honnête, voir la vidéo projetée sur un énorme bâtiment du centre-ville de Nagoya était absolument fou. Miyo, sa famille et ses amis sont tous allés la voir et ont filmé, elle était vraiment bien en vue dans le centre ville, j'étais choquée ! C'est fou d'avoir l'impression que votre projet, sur lequel vous avez travaillé de manière très privée et intime pendant de nombreux mois, fait soudainement plusieurs mètres de haut dans une grande ville à l'autre bout du monde ! J'ai également été taguée sur Instagram par des gens au Japon qui avaient vu la vidéo, ce qui était aussi un sentiment tellement surréaliste.


J'ai été à la fois honorée et emplie de gratitude, en voyant que la vidéo pouvait être appréciée dans une ville à l'autre bout du monde, mais aussi en pouvant constater en direct combien ce sentiment que la musique et l'art sont universels est réel. J'apprécie tous ceux qui ont vu la vidéo ! Je prévois de faire une tournée au Japon dès que la scène live sera plus sûre !


Dites-nous en un peu plus sur le tournage de la vidéo. Comment avez-vous organisé votre travail avec Miyo Sato, pendant une quarantaine mondiale ? Quelles difficultés techniques avez-vous rencontrées au cours du processus ? Qu'avez-vous appris qui selon vous mérite d'être partagé avec les cinéastes en herbe ?


Miyo est incroyablement travailleuse et créative. Le processus de peinture à la main d'une animation complète est éreintant et prend du temps, et elle l'a fait toute seule. Bien que j'aie étudié le japonais de manière intensive au cours de l'année écoulée, afin de minimiser la barrière de la langue, celle-ci existe toujours, bien sûr, dans une certaine mesure !


Cela dit, je pense que les obstacles que nous avons rencontrés n'ont fait que nous rapprocher - la pandémie, le fossé linguistique, le décalage horaire - d'une certaine manière, tout cela a apporté des défis uniques, mais rendu le projet plus spécial. Ce n'est pas tous les jours que l'on se retrouve dans un projet comme celui-ci... c'était sans aucun doute une première pour moi. Nous étions à l'un et l'autre bout du monde, mais nous éprouvions les mêmes émotions face à la pandémie.


Le fait que Miyo ait été ouverte à l'idée de travailler avec quelqu'un comme moi, alors que nous sommes toutes les deux des artistes indépendantes dans nos domaines respectifs et dans des endroits totalement différents du monde, a joué un rôle important. J'ai beaucoup de respect pour l'engagement dont elle a fait preuve tout au long de ce processus. Ce qu'on peut en retenir, c'est qu'il faut être ouvert d'esprit quant aux personnes avec lesquelles on travaille et aux raisons pour lesquelles on choisit de travailler avec elles. S'il y a un respect mutuel et une vision, je pense que tout est possible dans un contexte créatif.



Quel est votre point de vue sur le film en tant que vecteur de la musique ? Est-il possible, à notre époque, de sortir de la musique sans le support de visuels, de préférence des visuels impactants ? Et pensez-vous que la musique elle-même n'est plus "assez" pour déclencher l'imagination de l'auditeur ?


Je fais partie du camp qui aime écouter les disques sans visuel. Je pense qu'un bon album doit évoquer des images dans votre esprit sans les compléter, matériellement.

Les sons, les paroles, les mélodies, ont un monde qui leur est propre, même si vous ne pouvez pas le voir avec vos yeux. Cela dit, quiconque a vu un film dont la supervision musicale était phénoménale, ou une partition incroyable, sait à quel point une combinaison visuelle et musicale forte peut nous influencer émotionnellement.


Nous avons tous vu cette scène où la musique touche la bonne corde au bon moment du scénario et nous embarque complètement. Je ne pense pas que le visuel soit nécessaire pour que la musique nous touche, non, mais je pense que la combinaison des deux peut être une forme d'art puissante. Enfin, si les visuels sont créés par un artiste visuel musicalement intelligent, comme Miyo !


"alone" est en effet une vidéo à couper le souffle, extrêmement poétique et belle. Elle se marie merveilleusement bien avec la chanson, en d'autres termes, les expériences visuelles et sonores s'exaltent mutuellement. Comment avez-vous décidé de mettre ce film sur les circuits de festivals ?


Merci ! Honnêtement, je suis juste très fière de ce travail ! Nous y avons mis beaucoup d'amour, et mon espoir est qu'il touche d'autres personnes. Je pense que c'est un sujet émotionnel pertinent pour notre époque et j'ai l'impression que tout cela devait arriver. Je suis très heureuse de voir cette œuvre vivre sa vie maintenant qu'elle est terminée et publiée, et je suis extrêmement reconnaissante aux festivals comme le Cannes World Film Festival de la reconnaître et de l'apporter aux yeux et aux oreilles des gens.


A propos du Cinéma post-covid:


Je suis convaincue que l'amour du cinéma persévérera au-delà des influences structurelles du virus et continuera à trouver de nouvelles façons de se connecter au public au fur et à mesure que l'avenir se dessine. Je ne pense pas que nous ayons définitivement quitté les salles de cinéma. Au contraire, je crois que cette époque nous a appris que le besoin de l'humanité pour des arts comme la musique et le cinéma est plus grand que nous ne l'aurions jamais imaginé.



Official 'alone' Music Video


Liens

Stream 'Reincarnation' NOW

Instagram

Facebook

Bandcamp

Spotify

Apple Music

YouTube